société civile

Les petites graines : le sens de l’engagement.

Bonjour bonjour, comment ça va dans le bayou ? Le temps fait grise mine, c’est le moment de trouver la parade. Projetez-vous dans un jardin d’abondance. C’est le moment de faire les semis pour l’avenir.

Chaque automne, je range les graines que j’ai récoltées dans de petites enveloppes en papier. Et chaque printemps, je les sors de leur dormance, je les pousse patiemment jusqu’à germination. Les semis lèvent, et je les bichonne jusqu’à leur mise en terre. Je veux des fruits et des légumes dans mon jardin.

Je veux aussi plein de choses dans ma vie. J’aimerai que mon village fasse ci ou ça, que telle initiative soit mise en place dans mon voisinage. Alors pardonnez-moi de filer la métaphore potagère, mais si je ne plante pas de graines dans mon quotidien, il est probable que rien ne se produira.

Agir collectivement.

La vie en Amérique du Sud m’a marquée. Pour diverses raisons. L’une d’elle est la capacité d’auto-organisation des habitants.

Là où j’ai vécu, les habitants se rassemblent et organisent des actions positives pour leur quartier ou leur village, sans ambitions politiques, sans lourdeurs administratives. Ce sont des Assemblées de Voisins, des Assemblées Populaires, des Quartiers Debout qui mettent en place des nettoyages de rues, des soupes populaires, des ateliers de réparation… Un ensemble d’actions impossibles à mener individuellement, parfois vitales collectivement, et pour lesquelles les pouvoirs publics montrent peu d’intérêt. Pas de contestation, pas de combat, occuper l’espace public par l’action.

Certes, ces actions sont profondément politiques, car elles portent une critique envers les pouvoirs publics, mais cela importe peu car elles sont avant tout centrées sur le  »faire ». L’organisation de petit déjeuner pour les enfants des rues n’attendra pas le résultat incertain des prochaines élections.

Souhaitons-nous bonne chance.

Je me suis inspirée de mon expérience sud-américaine pour lancer un projet similaire dans ma commune. Bien évidemment les sujets dont nous pouvons nous emparer ne représentent pas une urgence vitale, mais nous souhaitons surtout organiser un groupe d’habitants motivés par les enjeux du vivre ensemble.

J’ai proposé plusieurs sujets de réflexion et actions à mettre en place. Nous vivons dans une commune rurale éloignée des services médicaux et administratifs : développer un co-voiturage de proximité entre habitants pourrait soulager certaines familles isolées. Nous pourrions aussi mettre en place des chantiers participatifs pour entretenir et valoriser le village et ses alentours. On peut également imaginer la mise en place d’un pédibus scolaire, la création d’un potager communal, etc… Il y a toujours un petit quelque chose qu’on aimerait changer, une idée pour améliorer l’ordinaire.

Je profite donc du printemps pour organiser la première réunion de notre Assemblée Populaire, et j’espère que le voisinage viendra, plein de bienveillance et de bonnes idées. Souhaitons-nous bonne chance !

engagement citoyen

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *