Ortie, une héroïne moderne.

Clap de fin pour les belles cueillettes. La saison des fruits est passée. Plus rien à se mettre sous la dent lorsqu’on va musarder au jardin? Baratin. Il en reste une, l’ortie mal aimée.

Piquante et pleine de supers-pouvoirs.

On ne présente plus l’ortie, de son nom latin Urtica, qui signifie brûler… Elle pique parce qu’elle est couverte de petits poils cassants qui incisent la peau et y font entrer un mélange de substances allergisantes. D’où les boutons rouges qui grattent. L’ortie est associée à de mauvais souvenirs enfantins, mais elle mérite une approche plus adulte, car elle représente un trésor alimentaire.

Ses feuilles sont particulièrement riches en protéines (environ 40% du poids sec, soit deux fois plus que le soja…). Elles contiennent des vitamines A, C et K et une teneur exceptionnelle en calcium, magnésium, zinc et fer. Elle vaut largement les compléments alimentaires vendus en pharmacie utilisés en cas de fatigue et de carences. L’ortie est aussi anti-inflammatoire, tonique, elle stimule les reins et aide à l’élimination des toxines. Parfaite après les fêtes de Noël, donc.

Dans l’ortie tout est bon. On se sert surtout des feuilles, mais la racine et les graines peuvent également servir dans des préparation médicamenteuses, en traitement contre la chute de cheveux, les rhumatismes, et pour réguler de la glycémie. Les jardiniers connaissent les multiples qualités de la fermentation de feuilles d’orties, fertilisante et insecticide. Les fibres d’ortie trouvent leur place chez de jeunes créateurs de mode comme un textile durable prometteur.

Et oui, trendy l’ortie ! Ce serait bête de passer à côté.

Petite cueillette d’ortie. Miam !

La cueillette.

On consomme surtout les feuilles les plus jeunes (en général les 4 petites feuilles situées en haut de la tige), car les feuilles les plus ancienne sont plus coriaces. La cueillette des jeunes pousses est possible presque toute l’année : les repousses se forment dès que vous avez passé la tondeuse. Franchement, on en trouve partout, l’ortie est increvable.

Quand on les ramasse, est-ce que ça pique ? Oui, mais on n’est pas maso, on met des gants. La feuille n’est plus urticante après 15 minutes environ. Si vous êtes piqués, frottez une feuille de plantain sur les boutons, qui disparaîtront rapidement. C’est pratique, le plantain pousse en général à côté.

Et évidemment, comme pour chaque cueillette, on s’éloigne des champs cultivés, des routes, des jardins glyphosatés et de toutes les sources de pollution possibles… Nos organismes ne sont pas des poubelles.

En cuisine.

Elle se consomme parfois crue en salade, mais le plus souvent cuite. La soupe est un grand classique, mais elle trouve également sa place dans les quiches, omelettes… Il semblerait qu’il soit possible de l’intégrer à des desserts, des limonades et autres gâteaux de riz, mais je n’ai jamais testé. On peut également utiliser les feuilles séchées, qu’on saupoudre sur les plats hivernaux, pour un apports de vitamines et d’oligo-éléments.

En cuisine !

Quel goût ça a ? Un petit goût de verdure, entre le haricot vert et l’épinard. Autant dire très facile a accommoder. Voici deux recettes faciles et pleines d’énergie, pour carburer comme des petits bolides.

Pour en savoir plus sur les plantes sauvages comestibles, lisez Les bonnes mauvaises herbes, de François Couplan. Une mine d’or dont est inspirée la recette de tartinade.

Bon appétit!

L’ortie c’est la santé.

3 thoughts on “Ortie, une héroïne moderne.

  1. Anne says:

    Et bien, pas de problème! La prochaine fois que vous venez manger, quand Victor aura terminé son stage, je l’invite avec vous.

  2. Anne says:

    Ma nouvelle voisine travaille à recréer l’industrie de la filature des orties.

    • mllegreen says:

      Visiblement c’est une culture d’avenir, il existe des producteurs en Normandie et dans l’Est. On peut espérer que l’ortie suivra la voie du lin et du chanvre. J’aimerai bien rencontrer cette voisine !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *