Déchets textiles - True Cost Movie

Mon petit t-shirt – Deuxième partie : ne te promène pas toute nue.

Nous avons fait un réjouissant bilan environnemental et humain de l’industrie textile. Nous voici propriétaire de vêtements produits avec un niveau de toxicité relativement élevé, ayant certainement été fabriqué dans des conditions peu enviables, et parfois par des enfants…

Que faire ? Non, ne te promène pas toute nue. On peut faire autrement.

Les vêtements de seconde-main, la consommation raisonnée la plus accessible.

Le seconde-main représente le mode de consommation le plus accessible et le plus évident. D’abord parce qu’on ne produit pas un nouveau vêtement, donc pas de nouveaux déchets: c’est autant de milliers de litres d’eau et de polluants qui ne seront pas utilisés. Ensuite parce que ça vous fera entrer dans le cercle vertueux de l’économie circulaire, génératrice d’emplois. Mais si, l’économie circulaire, ce concept économique qui cherche à optimiser la production et la consommation pour produire moins de déchets, redonner vie aux matériaux usagés, et tant qu’à faire fournir les emplois qui vont avec… Bon, on en reparlera. Mais c’est bien, l’économie circulaire.

Donc pour les vêtements de seconde main, on peut se tourner vers les innombrables vide-greniers, friperies (il y en a de très chics ) et bien sûr Emmaüs, la Recyclerie, etc… Certes, les vêtements ne sont pas neufs. Mais ils ont une jolie petite patine. Pas de trous, ni de tâches. Et ils vous assurent de ne pas être habillés avec le même pull Licorne que tout le monde.

fripe vêtement d'occasion
La fripe chic.

S’habiller neuf sans tout saccager.

Bien sur, si vous êtes réfractaires aux vêtements de seconde main, il va falloir vous tourner vers une industrie textile respectueuse de l’homme et de l’environnement : la mode éthique. La mode éthique existe depuis plusieurs années, mais elle a longtemps peiné à se défaire des codes du vêtement ethnique. Et comme tout le monde ne s’épanouit pas en portant des sarouels, des marques se lancent dans des productions de plus en plus pointues et exigeantes.

Il existe de multiples points d’entrée dans la mode éthique : écologiquement responsable, production locale, recyclage, équitable, vegan, artisanat, made in France… Bref, une multitude de dénominations. Pour y voir plus clair, sachez qu’il existe un certain nombre de certifications reconnues internationalement ou au niveau européen :

  • Fair Wear Foundation travaille avec des marques, des usines, des syndicats, des ONG et parfois des gouvernements pour vérifier et améliorer les conditions de travail dans 11 pays de production en Asie, en Europe et en Afrique. La Fair Wear Foundation suit les améliorations apportées par les entreprises avec lesquelles elle travaille. Elle réalise des études d’impact, labellise et fournit sur son site internet une liste des entreprises ayant de bonnes pratiques environnementales et sociales.
  • GOTS (Global Organic Textile Standard) est une référence mondiale pour les textiles fabriqués à partir de fibres biologiques. Il définit des critères environnementaux de haut niveau tout au long de la chaîne d’approvisionnement de fabrication et sanctionne également le respect de critères sociaux.
  • oeko-tex teste les substances nocives présentes dans les tissus. Très utile, notamment pour ce qui concerne les vêtements pour enfants…
Pull La Révolution Textile
Pull La Révolution Textile

 

Qui fait quoi ?

Les pistes d’améliorations dans l’ensemble de la filière textile sont nombreuses. Voici quelques fabricants éthiques qui se sont donnés pour objectif de faire des vêtements et des chaussures dans des conditions décentes pour les hommes et l’environnement. Ça donne une idée des initiatives et des directions qui sont prises.

  • Fabrication Française 

1083, fabricant français de jeans et de chaussures. Pourquoi 1083 ? Parce que c’est la distance qui sépare les deux villes les plus éloignées de France. L’ensemble de la production est réalisé dans l’hexagone, donc conforme à un certain nombre de standards sociaux. Une belle toile, dense, qui ne se déformera pas de sitôt. Pour le prix d’un Levis, on aurait tort de se priver.

Les jeans French Appeal ne sont pas mal non plus. On peut également citer Carrousel, le T-shirt Propre

French Appeal - Le jean des belles fesses
French Appeal – Le jean des belles fesses
  • Textiles recyclés et matières écologiques

Picture , fabricant français de vêtements d’extérieur centre sa production sur des tissus recyclés ou bio-sourcés et un contrôle de l’empreinte carbone. Une marque créée par des amateurs de snowboard. Ces petits gars là détiennent la palme, avec la création de vêtements 100% recyclables.

 Veja , c’est l’indétrônable fabricant de baskets, qui en plus d’être super chouettes répondent à des standards sociaux et écologiques très élevés. Comme quoi on peut être une multinationale et ne pas être un requin sans foi ni loi : matériaux en coton recyclé, bouteilles plastiques recyclées, toile de coton bio, caoutchouc naturel certifié commerce équitable. Marque française, fabrication au Brésil. 

La Revolution Textile, mise sa production sur le lin. Un matériau eco-responsable très peu gourmand en eau et qui pousse particulièrement bien en France. Attention hein, pas le lin qui gratte et qui se froisse tout le temps, non, un lin tout doux, souple, extra. Fabriqué en France ou au Portugal.

Veja - Chouette baskets
Veja – Chouette baskets
  • Respect des droits sociaux

La marque américaine Patagonia est particulièrement investie dans l’écologie et le bien-être humain. Membre de Fair Wear foundation, elle est très active en Chine pour repenser le modèle de production textile dans les usines qui fabriquent leurs produits. La marque propose également de réparer les vêtements usés (Worn Wear), et fournit des explications détaillées sur le recyclage et ré-usage possibles…

  • Et pour les végétariens/vegan… 

… il existe les chaussures de Good Guys (don’t wear leather), fabricant français, mais également Beyond Skin, ou Bourgeois Bohême.

Bref, il y en a tant et tant… Je ne vais pas vous faire un catalogue. Il suffit de chercher.

Oui mais c’est cher…

On en vient à la question qui fâche. Oui, s’habiller éthique et neuf coûte un peu plus cher, c’est certain. Quoique les jeans de chez 1083 sont au même prix que les Levi’s tous pollués avec des doigts d’enfants dans les coutures. Il faut donc relativiser.

Les matières utilisées, les méthodes de fabrication, le pays de fabrication, les quantités fabriquées sont autant de facteurs qui ont un impact sur le prix des vêtements. Sachez que si les marges des fabricants oscillent autour de 50 % du prix du produit pour les marques de fast-fashion (H&M et autres), elles sont proches de 15 % pour les marques de slow-fashion. Qui sont les mieux servis dans l’histoire ? Et si vous avez encore des doutes, regardez donc The true cost, un film glaçant sur les dessous de vos dessous. Pas votre hygiène corporelle, hein, vos habits.

Loin de moi l’envie de vous culpabiliser, mais si vous avez les moyens d’acheter des vêtements neufs, réfléchissez et renseignez-vous car il existe souvent une possibilité éthique à chaque fois. Sinon, vive la fripe et les vides-greniers !

 

2 thoughts on “Mon petit t-shirt – Deuxième partie : ne te promène pas toute nue.

  1. Garnier says:

    Ça Mllegreen! Merci pour ces lectures intéressantes qui agrémentent mes vacances!
    Bea

    • mllegreen says:

      Merci à toi 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *